mardi, 13 juillet 2010 00:00

Une expérience à partager

Écrit par

 L'association Médocéan vient de publier les actes d'un récent séminaire sur le diabète et l'insuffisance rénale.

Le document propose notamment des recommandations sur le traitement de ces pathologies. Il a été diffusé dans l'île mais également dans l'Hexagone, car sur ces sujets, les membres de l'association estiment que le travail de santé publique à la Réunion peut servir d'exemple.
 

Retrouvez l'intégralité de cet article au travers du document suivant:

Vous pouvez retrouver le résumé de ce séminaire ainsi que son programme .

 

Un temps fort des JNMG, la remise des Prix de Recherche en Médecine Générale. Jean-Noël Fiessinger et Gérard de Pouvourville remettent leurs prix aux lauréats, Pascale Massin et Jean-Pierre Aubert {Paris}, Jean-Marc Franco et Philippe de Chazournes {La Réunion}.

Étude à l’île de la Réunion auprès de 133 généralistes

Objectifs:

Améliorer le dépistage et la prise en charge précoce de l’insuffisance rénale chronique (IRC) chez les patients à risque (HTA et [ou] diabète de type 2) à l’île de la Réunion.

Méthode:

Étude avant/après intervention associant des visites de pairs et un audit de pratique. Dix médecins généralistes ont rencontré sur leur lieu d’exercice et sensibilisé aux recommandations ANAES 133 généralistes volontaires qui ont réalisé un audit. Par ailleurs, 12 néphrologues ont recueilli des données concernant les nouveaux patients adressés pour IRC par les généralistes visités (groupe intervention) ou par les généralistes non visités (groupe témoin).

Résultats:

Après intervention, le nombre de nouveaux patients adressés aux néphrologues a augmenté, surtout de la part des généralistes «visités». Le chiffre moyen de la clairance de la créatinine pour les patients adressés par ces médecins a diminué significativement (p < 0,02) passant de 51 à 41 mL/min après l’intervention.

Conclusion:

Ce constat pourrait traduire le fait que les généralistes, incités à dépister de nombreux nouveaux patients, ont adressé aux néphrologues en priorité ceux qui étaient en situation critique. Sur le plan qualitatif, les généralistes visités qui ont été interviewés en fin d’étude ont estimé que cette action collaborative a été utile pour faire évoluer leurs pratiques, et les néphrologues ont indiqué qu’elle améliore la prise en charge des patients ayant une IRC.

[...]

L'intégralité de l'étude ici

L’insuffisance rénale chronique

  • IRC Terminale (handicap, coût)
  • Néphropathies vasculaires et diabétiques: 60% des cas à la Réunion
  • Prévalence à la Réunion / Métropole du diabète X 3, HTA X 2
  • Nécessité d’un dépistage précoce (20 à 35% des dialysés sont adressés aux néphrologues de 1 à 6 mois)
L’insuffisance rénale chronique– IRC Terminale (handicap, coût)– Néphropathies vasculaires et diabétiques: 60% des cas à la Réunion– Prévalence à la Réunion / Métropole du diabète X 3, HTA X 2– Nécessité d’un dépistage précoce (20 à 35% des dialysés sont adressés aux néphrologues de 1 à 6 mois)Amélioration de la prise en charge de l'insuffisance rénale chronique chez le patientb à risque : (patient diabétique de type 2 et /ou hypertendu)

Retrouvez toute la présentation : ici (pps) ou ici (pdf)

L'article parut dans "La revue du praticien" (pdf)
Amélioration du suivi des patient diabétiques à la réunion par des visites de pairs - Etudes randominée (ppt)
Diaporama de la conférence à l'île Maurice sur les Groupes et Visites de Pairs (pps)

Rapide description du contexte :

La Réunion est un territoire français d'Outre-Mer situé dans l'Océan Indien à l’est de Madagascar. C'est une île volcanique de 2500 km2. La Réunion compte 700 000 habitants.

Il y a 1800 médecins dont 1200 libéraux avec un peu moins de 700 généralistes. L'organisation de la santé, l'infrastructure hospitalière et les soins ambulatoires ne sont pas très différents de ceux du reste de la France. Le diabète du type 2 (DT2) est un problème majeur à La Réunion puisqu’en 1999-2000, la prévalence chez les adultes âgés de 30 à 69 ans, était de 17.7%, c.-à-d. 3 fois supérieur qu'en France métropolitaine (étude REDIA).

En 2001, il n'y avait aucune donnée fiable sur la qualité de la prise en charge du diabète par les médecins généralistes à La Réunion. Les diverses observations laissaient à penser que la qualité de la prise en charge était loin d'être optimale.

Définition du problème :

Les médecins français disposent de recommandations nationales récentes concernant le traitement et le suivi du DT2. Ces recommandations ont été largement diffusées, notamment par l’ANAES, l’Agence Nationale d’Accréditation et d’Evaluation en Santé.

Quels sont les critères diagnostiques et les approches thérapeutiques des médecins de terrain ?

L'intégralité de l'étude : ici

Objectif : afin de limiter toute
anarchie dans les diagnostics posés et les prescriptions,recueillir, auprès des médecins généralistes et spécialistes de l’île de la Réunion,les critères cliniques qu’ils jugent utiles au diagnostic de l’infection par le chikungunya et les traitements qu’ils jugent efficaces selon les différentes formes de la maladie.

Introduction :

Quoi de plus passionnant que d'évaluer nos critères diagnostics et nos thérapeutiques dans les nouvelles maladies dites « émergentes » et de chercher des réponses aux questions que l'on se pose ? Ceci passe notamment par la recherche observationnelle, particulièrement adaptée sur le terrain. L’expérience vécue par plusieurs dizaines de libéraux réunionnais concernant les signes cliniques du chikungunya et l’intérêt de la chloroquine dans sa phase aigue, permet d’envisager des pistes d’avenir pour une meilleure recherche médicale « de ville » .

Méthodes :

L’ensemble des médecins libéraux de l’île ont reçu un questionnaire les invitant à remplir une grille de recueil recensant les signes cliniques rencontrés dans le chikungunya et les principales thérapeutiques qu’ils utilisaient dans cette « nouvelle » maladie, totalement méconnue à l’île de la Réunion. Des généralistes ont également participé à un essai thérapeutique randomisé sur la chloroquine à visée curative et préventive.

Dossier complet sur le Chikungunya à la Réunion depuis Avril 2005 à aujourd'hui.

Les médecins de terrain constatent, s’expriment et proposent

RÉSUMÉ • En 2005-2006, le chikungunya a frappé l’ile de la Réunion occasionnant une crise sanitaire majeure à laquelle ni les autorités, ni les professionnels de santé n’étaient préparés. La symptomatologie était en effet mal définie, le traitement non évalué, et l’évolution à moyen et long termetotalement méconnues.

Image
Image
Image
Image
Image
Image